© 2016 René BERTORA Une création imagedoing

CONTACTEZ-MOI

René Bertora Ostéopathe D.O. ADELI n°130097 5

Membre du conseil des sages de la Chambre Nationale des Ostéopathes

Clinique Phénicia 32 rue de Locarno

13005 Marseille

0 491 921 292

0 603 556 221

Tel: 06.03.55.62.21

1A Rue Bernard Palissy 13400 Aubagne

OSTEOPATHIE

OSTEOPATHIE

HISTORIQUE

L'ostéopathie a été fondée par un médecin américain du siècle dernier : AndrewTaylor Still (1828-1917). Son père, pasteur méthodiste, pratique également la médecine. Le jeune Andrew apprend donc comme on le fait à cette époque dans l'Amérique des pionniers : en pratiquant avec son père, notamment auprès des indiens shawnee dont il a la charge. Au cours de la Guerre de Sécession, il est marqué par son impuissance à soulager son semblable. À son retour, il découvre avec stupeur que dans les régions où les médecins sont moins nombreux, les enfants meurent moins. En 1865, Il perd trois de ses enfants de méningite cérébro-spinale. Dès lors, il est obsédé par l'idée de soigner plus efficacement et se plonge dans l'étude intensive du corps humain, n'hésitant pas à déterrer des corps des tumulus indiens pour en étudier l'anatomie. Acharné à démontrer sa vérité, il se promène souvent avec un sac rempli d'os, qu'il utilise pour démontrer ce qu'il avance, ce qui le fait bien évidemment passer pour un excentrique.          ​

OSTEOPATHIE PRINCIPE

Dans sa biographie A.T Still écrit ceci "...Comme par l'éclat de soleil une vérité frappa mon esprit. Par mes longues études et recherches sur l'observation, j'approchai graduellement une science qui marquera à jamais les générations à venir.... "  . Il sera en effet le premier à découvrir et décrire  le concept de la micro circulation:

 Le postulat était le suivant: Une cellule a besoin de se nourrir et d'éliminer. Cette activité est assurée par le système artériolaire et veineux. Lorsque une cellule est mal irriguée, elle est privée de tous les éléments nécessaires à sa survie. Si oxygène, minéraux, vitamines font défaut, cette cellule périclite et meurt.

La solution est simple dans son principe. L'ostéopathe envisage de déterminer, en cas de maladie, les facteurs qui pourront limiter cet apport nutritionnel.

On peut  en distinguer deux grandes causes.

1/ La compression.qui se crée lorsque les tissus induisent une tension ou une pression anormale sur les artérioles et les veinules. Cela se produit dans les entorses. Les micro déplacements des articulations compriment la circulation locale. C'est aussi par exemple, le cas des adhérences cicatricielles ou encore celui des malpositions organiques  qui  compriment  leur espace environnant. Le traitement dans ces cas est le plus souvent local.

L'arthrose

    Arthrose

 

Traditionnellement  la plupart des douleurs sont attribuée à cette affection. La consultation ostéopathique débute généralement par la phrase : « j’ai de l’arthrose », ce qui la plupart du temps est une erreur. Les patients considèrent  généralement que leurs maux dits « rhumatismaux » sont dus à cette affection Et le plus étonnant de l’histoire est que ceci est exprimé par de très jeunes personnes  comme si cette fatalité comportait en elle une fin en soi.

 Il est grand temps de faire la part des choses à ce sujet et faire une petite mise au point.

 

Une articulation saine a deux rôles : placée entre deux os elle assure leur mobilité  pour répondre aux besoins de la vie relationnelle (se déplacer, prendre des objets, etc.) elle assure  aussi la meilleure adaptation possible aux différentes postures de la vie quotidienne (comme  maintenir la tête droite en position assise, jambes croisées en lisant le journal).

L’articulation est composée d’une capsule qui ressemble à une coquille dans laquelle les extrémités osseuses sont encroutées de cartilage luisant, sur lequel  brille un film liquidien : la synovie qui assure le meilleur glissement des éléments en présence. Elle est maintenue solidement par un haubanage qu’assurent les ligaments.

 

L’arthrose est une usure normale de ces articulations et se produit naturellement lentement avec le temps. Elle se manifeste par une érosion du cartilage qui peut aussi se fissurer progressivement. Lorsque le cartilage est totalement usé, le contact articulaire se produit alors directement su l’os. L’évolution de cette affection doit être relativement lente et peut débuter ses manifestations radiologiques autour de la quarantaine. La femme  après la ménopause en est plus souvent affectée ainsi que toutes les personnes victimes de pathologie à l’origine d’une déminéralisation qui fragilise leur système ostéo articulaire.

Elle se produit préférentiellement sur les zones ou la pesanteur s’exerce de façon la plus importante, c'est-à-dire dans les régions lombaires basses, les hanches, les genoux.

La colonne vertébrale en est particulièrement affectée par l’effort qu’elle réalise pour maintenir une statique équilibrée et pas le poids du corps supporté.

 

Cependant l’apparition de la dégénérescence arthrosique, en dehors de toute forme de carence en éléments minéraux est anormale et  peut se manifester plus prématurément dans les cas où les articulations auront subi des efforts de contraintes excessives. La différence d’avec les cas évoqués ci-dessus s’objective par la localisation spécifique des zones d’apparition et entrent tout à fait dans le cadre des indications de l’ostéopathie. Les manifestations  se produisent généralement plus d’un côté que d’un autre, ou encore sur des zones de contraintes bien visibles à la radio (au centre d’une scoliose). Un Patient m’a demandé un jour « pourquoi ai-je de l’arthrose au genou droit et pas au gauche, puis qu’ils ont tous les deux le même âge ?».

 

La douleur n’est donc pas le fait de l’arthrose mais celui d’une mauvaise répartition des forces dans le corps qui a abimé localement les articulations. On doit pouvoir dire que l’arthrose et sa cause ont un dénominateur commun qui est le déséquilibre car il peut faire exercer l’organisme des effets de contrainte d’une intensité difficilement imaginable. En effet, une usure articulaire sera d’autant plus importante et rapide que l’élément responsable sera le plus loin situé dans le corps. C’est là un problème simple de bras de levier : sa puissance étant proportionnelle à sa longueur, les effets dans le corps seront proportionnels à sa distance. Si nous prenons le cas d’un individu dont la statique est inclinée sur la droite par le fait, par exemple, d’une subluxation vertébrale du haut du dos, nous pourrons constater l’apparition d’une arthrose au niveau lombaire, de la hanche ou encore du genou du même côté.

Le centre de gravité est dans ce cas décalé vers la droite et la longueur du bras de levier aura précipité l’apparition des usures articulaires.

 

En conclusion, l’arthrose n’est pas responsable des douleurs, le véritable fautif est le déséquilibre qui l’a créée. Quelle que soit sa situation, l’ostéopathe n’a pas à traiter directement ces zones puisqu’elles subissent des efforts de contrainte anormales et n’en sont donc pas la cause. La solution doit s’en trouver dans le diagnostic causal. Le traitement consistant à redonner l’équilibre et l’harmonie aux articulations distales responsables de ces tensions excessives.

René BERTORA

Cabinet d'ostéopathie

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon